Principe de précaution ou principe de soumission ?

L’évènement météorologique qui a frappé la Corse — et l’Italie, et le sud de la France, et…— a beaucoup fait parler et couler d’encre. Je ne vais pas ajouter mon analyse de “savant du café du commerce” pour le relier ou non au réchauffement climatique, ou pour en prédire la fréquence dans les années à venir. Je veux en revanche revenir sur les “vigilances” et les mesures de précaution mises en place par nos “gouvernants”, maires ou préfet.

IMG_9456Si j’en crois France Info, Bastia était hier « …une ville fantôme vidée de ses habitants », selon le propos de notre maire. Ce n’est pas vrai. J’y habite, je suis sorti de chez moi, et j’ai rencontré du monde. Oui, bien sûr, il y avait moins de monde dans les rues que par une belle journée ensoleillée. Et moins de voitures, compte tenu des axes de circulation fermés… et du simple bon sens de chacun ! Mais on était très, très loin d’une ville fantôme terrassée par la peur, contrairement à ce que suggère certaine presse.

En la matière, la palme semble revenir à notre préfète. Je cite ses propos tels qu’ils sont rapportés, là encore, par France Info : « Nous sommes coupés du monde […], c’est plutôt bon signe qu’on ait des rues désertes, puisque je n’ai cessé d’insister toute la journée sur la nécessité de rester chez soi […] » Et de rappeler qu’il est interdit de s’approcher du bord de mer, d’autant plus si c’est pour prendre des photos et des vidéos : « C’est du niveau de l’imprudence, voire de l’irresponsabilité. On peut trouver des vidéos sur Internet, ce n’est pas la peine d’aller se mettre en danger […] »
Revenons un instant sur les passages en gras (soulignés par moi). Coupés du monde, à l’heure d’internet, et de surcroît en s’adressant à une radio française ? Soyons sérieux… L’histoire de Pierre et du loup devrait pourtant rappeler le coût potentiel de ces exagérations. Avions et bateaux ont momentanément été suspendus. Il y a eu des coupures d’électricité, et même d’internet, comme nous en a avisés ce matin un de nos amis… par SMS. Mais on fait pire comme isolement, non ? Rues désertes parce que la préfecture n’a cessé d’insister pour qu’elles le soient ? Les Corses seraient-ils donc idiots à ce point qu’ils ne se rendraient pas compte seuls, sans le rappel salutaire de leur préfet tutélaire, qu’il y a du vent et de la pluie ? Et enfin, si on peut trouver des vidéos sur Internet (tiens, on n’est plus coupé du monde ?), c’est justement, Madame la Préfète, parce qu’il y a des gens qui bravent le danger pour aller les prendre ! N’ont-ils pas un peu raison de ne pas se terrer dans la peur ?
Car la peur est le maître mot en l’occurrence, à travers ces discours exagérés, à travers le choix des formules employées. Certes, ces épisodes météo sont impressionnants. Certes, ils sont dangereux, et ont parfois des conséquences dramatiques.Nanny Mais n’est-ce pas le lot de l’espèce humaine de vivre aussi, parfois, dans le danger ? Notre “État providence” voudrait nous faire croire le contraire, pour mieux nous soumettre, tant il est vrai que quelqu’un qui a peur se soumet plus volontiers à celui qui prétend lui apporter de la sécurité. Au fait, savez-vous qu’en anglais, on ne dit pas “État providence”, mais “Nanny state” ? Cette “nanny” (nounou) qui traduit bien l’infantilisation induite et visée par ce type d’intrusion dans une protection —illusoire— de tous les dangers du quotidien.

Et si nous choisissions simplement d’être libres, et donc responsables ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s